Bois

LA RESSOURCE

La forêt couvre aujourd’hui 30 % du Massif central, et avec près d'un établissement de transformation par canton, la filière forêt-bois est omniprésente dans le Massif central, tant par l'occupation du sol, par la diversité des essences que par l'activité économique générée.

Depuis les années 1850, la superficie de la forêt en Massif central a fortement augmenté. Les essences des forêts du Massif central sont pour 60% des feuillus et pour 40% des conifères. 

Filière traditionnelle qui a vécu de belles époques, elle redevient aujourd'hui une filière d'avenir, boostée par les enjeux de la transition énergétique et du réchauffement climatique. Ce sont les marchés, avec l'utilisation qui est faite du matériau bois, qui tirent l'ensemble du secteur. L'innovation au sein du secteur est portée par les professionnels eux-mêmes.

 

LES PRINCIPALES ESSENCES PRESENTES SUR LE MASSIF CENTRAL

 

Une forêt composée de 60 % de feuillus et 40 % de conifères…

En tête des feuillus, le chêne se taille une place d’importance, malgré l’émergence de conifères comme le Douglas : chêne rouvre sur les forêts anciennes du Massif , chêne pédonculé sur la surface la plus importante, là où l’agriculture a laissé la place à la forêt.

Durant les 150 dernières années la forêt du Massif central s’est considérablement étendue tant en ce qui concerne les feuillus que les conifères. Ces derniers résultent souvent de plantations, très importantes après la mise en place du Fonds Forestier National en 1947.

Toutes les essences ont progressé en superficie, excepté le Châtaignier.


Proportion des essences composant la forêt du Massif central :

Chênes pédonculé et rouvre : 32,3 %
Hêtre : 10,4 %
Châtaignier : 7,7 %
Autres feuillus : 9,5 %
Douglas : 11 %
Pin sylvestre : 10,2 %
Épicéa commun : 9,4 %
Sapin pectiné : 7,6 %
Autres conifères : 2,7 %

 

 

LES USAGES DU BOIS DANS LA CONSTRUCTION

 

Le bois est depuis toujours utilisé dans la construction. Cet usage prend un nouvel essor depuis quelques années grâce aux nombreux produits techniques innovants en bois. L’homme semble alors redécouvrir les innombrables qualités de ce matériau…

La construction bois représente près du tiers du marché bois, une part extrêmement importante. En France, près de 11% des maisons individuelles et 20% des agrandissements sont en bois. A la fois esthétique, performant et écologique, celui-ci participe à faire évoluer les villes. Ses qualités sont utiles pour tous types de constructions : que ce soit des habitations individuelles, collectives ou encore des bâtiments publics. Il offre de nombreuses possibilités pour construire, surélever, rénover et s’agrandir.

 

Le bois dans la construction peut remplir différentes fonctions : l’ossature et la charpente sont les plus efficaces, l’isolation en bois se développe, puis viennent ensuite les revêtements, , la menuiserie et les aménagements extérieurs et intérieurs principalement.

 

LES ATOUTS DU BOIS DANS LA CONSTRUCTION

Matériau en plein essor, le bois a de sérieux atouts à faire valoir. Grâce à sa mise en œuvre rapide et durable, les temps de montage sont très courts et facilitent le travail sur les chantiers.
Il consent aussi énormément de possibilités architecturales et suggère de nombreuses innovations. Aussi simple à utiliser en intérieur qu’en extérieur, ce matériau extrêmement modulable permet d’exploiter tous les espaces du bâtiment.

 

Résistance mécanique

Le ratio résistance mécanique/masse volumique est très élevé, ce qui est à l’avantage du bois comparativement à ses concurrents. Ce ratio élevé a une incidence considérable du point de vue de la charge permanente d’une structure. À résistance mécanique égale, le bois est le matériau de structure le plus léger.

La résistance du bois varie en fonction des facteurs tels que la direction et la durée du chargement, la densité, le taux d’humidité ainsi que l’essence et les défauts naturels.

Résistance au feu

En comparaison avec d’autres matériaux, le bois résiste bien au feu. Il transmet la chaleur beaucoup moins vite que le béton et l’acier. Il brûle en se consumant lentement, et surtout, conserve longtemps ses capacités mécaniques et de portance.

Le classement au feu du bois dépend de l'essence (les bois durs et denses s'enflamment plus difficilement que les bois tendres) mais aussi de ses dimensions et de son taux d'humidité.

Isolation Thermique

D’une manière générale, les constructions en bois répondent facilement aux exigences de la réglementation thermique en terme d’isolation. Les constructions bois sont unanimement reconnues pour leurs performances thermiques de haut niveau.

Le bois est un matériau sans inertie et très peu conducteur : en hiver, la chaleur intérieure est bien conservée et en été, la fraîcheur est mieux protégée.

Le bois est ainsi douze fois plus isolant que le béton, 350 fois plus que l’acier et 1 500 fois plus que l’aluminium.

Réponse aux exigences antisismiques

Le bois est préféré dans les zones sismiques pour sa ductilité, sa légèreté et pour sa résistance mécanique en comparaison des autres matériaux traditionnels.

Les structures en bois acceptent des déformations importantes de leurs assemblages qui ne mènent pas nécessairement l’effondrement pour rupture fragile.